Remords quand tu nous tiens

– Voyons, madame, dit le juge, après avoir versé l’arsenic dans la tasse de votre mari, vous n’avez eu aucun remords ?
– Si, monsieur le juge.
– Ah ! Qu’avez-vous pensé ?
– Je me suis dit : « Ce café est chaud, pourvu qu’il ne se brûle pas ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.