blague mort

La promesse de l’Académie Française

Pomairols, littérateur oublié de nos jours, aurait bien voulu être de l’Académie. Son épouse, qui s’occupait activement de sa campagne électorale, vint trouver François Coppée.
– Maître, lui dit-elle, je vous en prie, votez pour mon mari, s’il n’est pas élu, il en mourra !

Coppée donna sa voix à Pomairols qui hélas ne fut pas élu, mais qui, heureusement, n’en mourut pas pour autant. Un nouveau siège se trouvant vaquant quelques mois plus tard sous la coupole, la dame vint de nouveau trouver Coppée.
– Ah ! Non madame, s’écrie l’académicien, moi, j’avais tenu ma promesse, il n’a pas tenu la sienne, je me considère délié de tout engagement !

La pipe du papi

Un petit garçon est venu passer la journée chez son grand-père. Après déjeuner, celui-ci s’installe dans son fauteuil et allume sa pipe.

Alors le gosse s’approche et lui demande :
– Papi ! Prête-moi ta pipe.
– Non, ce n’est pas pour les enfants.
– Papi, s’il te plaît, prête-moi ta pipe.
– Non, les enfants ne fument pas.
– Mais je ne fumerai pas, je te le jure. C’est juste pour la tenir.
– Tu me promets ? Bon, alors la voilà, fais-y attention…

Le petit garçon prend la pipe, la jette parterre, et l’écrase à coups de talon. Stupéfait le grand-père crie :
– Mais qu’est-ce qui te prend ? Pourquoi as-tu fait ça, petit galopin ?

Et le gosse répond :
– Parce que papa dit toujours : « Quand pépé cassera sa pipe, je t’achèterai un ordinateur et on s’achètera une belle voiture ! « .