Blagues métiers

Les meilleures blagues sur les métiers sont sur Blagues & Dessins !

La mort théâtrale

Dans un sombre drame, le héros découvrant l’infidélité de son épouse doit abattre celle-ci d’un coup de revolver. Lors d’une représentation, au moment fatidique, l’arme s’enraye. Le public commence à se tordre de rire. C’est alors que l’actrice jouant le rôle de la femme volage sauve la situation. Elle se jette par terre en criant :
– Je meurs quand même, tuée par le remord !

La réponse de la bonne

– Alors c’est bien, cette nouvelle place de bonne que tu as trouvée ?
– Ce n’est pas mal et pas compliqué. Il suffit de répondre toute la journée : « Oui, Madame… Oui, Madame … Oui, Madame… » et puis : « Non, Monsieur… Non, Monsieur… Non, Monsieur. »

Publicité

Quand les journaux donnent le nom

Le rédacteur en chef d’un quotidien régional dit à son jeune journaliste :
– Quand vous racontez un fait divers, la règle d’or c’est de citer les noms des protagonistes. Cela fait plaisir aux gens.

Le soir même le jeune homme tape sur son ordinateur : « Un orage d’une rare violence et des pluies diluviennes ont causé des inondations près de la ferme du père Matthieu. Le brave homme a dû évacuer ses vaches qui se nomment respectivement : La Monique, Bellecorne, La Lison et La Noiraude ».

Le poignet du restaurateur

Après avoir déjeuné discrètement dans un restaurant renommé, un inspecteur d’un guide gastronomique paie son addition et demande à voir le patron. Celui-ci arrive avec une main bandée :
– Excusez-moi, dit-il, de ne pas vous serrer la main, mais à force de manier l’ouvre-boîte, j’ai fini par me fouler le poignet.

Le trou du comédien

Un artiste de la Comédie Française, maître de ses classiques, a pourtant un trou de mémoire, ce qui arrive à tout comédien. Il s’éloigne de son partenaire et va, le plus théâtralement possible pour meubler son silence, vers un autre trou : celui du souffleur. Celui- ci, tout à son travail :
– Connais-tu Don Diegue ?

Toujours pour donner le change au public, le comédien se penche vers lui, époussetant négligemment ses bottes du dos de la main, un rôle de composition digne du meilleur metteur en scène, et murmure :
– Tu crois que c’est le bon moment pour me poser cette question ?