Au delà des limites…

– Salut, poupée ! dit un lycéen à une adolescente. Je voudrais t’offrir un verre.
– D’accord, dit la jeune fille qui le suit dans un bar.

Quand ils ont bu un coca, le garçon s’écrie :
– Je voudrais que tu m’accompagnes dans ma chambre.
– D’accord, répond la fille, qui lui emboîte le pas.

Une fois arrivé chez lui, le lycéen lui dit :
– Je voudrais que tu te couches dans mon lit.
– D’accord, répond la jeune fille qui jette tous ses vêtements à terre et va se glisser sous les draps.

Le lycéen l’imite. Cinq minutes passent. Dix minutes passent…
– Et maintenant, demande la fille, étonnée et impatiente, qu’est-ce que tu attends ?
– Je ne sais pas, avoue le garçon. Je n’ai jamais pu aller plus loin que le Coca-Cola sans recevoir une paire de claques.

Mieux vaut motard que jamais

Les perles : les petites annonces

« Jeune femme folle de moto, je cherche Jeune homme qui m’initiera aux joies de la mécanique et me montrera son moteur personnel de près. Une précision, je suis une passagère légère. »

Les avocats et la chose sexuelle

L’associé majoritaire d’un grand cabinet d’avocats d’affaires déambule dans son bureau climatisé de 120 m². Il s’ennuie. Après avoir consulté ses mails, il décide d’aller voir son principal associé (lui-même plongé dans une partie de Tetris en réseau). Une fois dans le bureau, il lui dit :
– Écoute, j’ai une terrible préoccupation à propos de mon épouse (l’héritière grâce à laquelle son cabinet possède ses clients). Je me demande si le fait de lui faire l’amour est une question de travail, ou est-ce juste une question de plaisir ?

Son associé embarrassé, lui répond sans trop se mouiller :
– Franchement, je n’en ai aucune idée…
– Tu as une heure pour me donner la réponse, ordonne le big boss.

L’associé court voir le manager qui lisait le journal tranquillement dans son bureau et lui pose le problème :
– Une question, si mon associé se tape sa femme, à ton avis, c’est une affaire de travail ou c’est juste pour le plaisir ?
– Alors là, j’en sais rien, lui répond-t-il.
– Tu as 55 minutes pour me répondre !

Le manager va voir son collaborateur senior, en pause :
– Si le big boss saute sa chérie, c’est du travail ou du plaisir ?
– Franchement je ne peux pas te répondre.
– T’as 45 minutes !

Celui-ci va voir son collaborateur junior.
– Si le vieux baise sa meuf, c’est du taf ou c’est juste pour le fun ?
– J’en sais rien.
– 20 minutes !

Le collaborateur junior va donc voir un de ses stagiaires, complètement débordé par le travail :
– Oh ! le stagiaire ! Une question ?
– Pas maintenant, j’ai du travail par-dessus la tête, j’ai pas le temps, j’ai plein de trucs à faire.
– C’est super urgent ! Il faut que tu répondes.
– Vas-y ! C’est quoi ? demande le stagiaire.
– Si le big boss fait l’amour à sa maîtresse, c’est du boulot ou du plaisir ?
– Arrête, trop facile, c’est du plaisir ! affirme le stagiaire.
– Attends ! Mais comment tu peux le savoir aussi vite ?

Le stagiaire répond, indigné :
– Dans ce cabinet, si jamais c’était du boulot, c’est moi qui serais en train de me la taper !

Faire l’amour, ou quoi ?

Un homme va voir son docteur pour lui demander conseil :
– Ma femme ne veut plus faire l’amour depuis plus de 7 mois !
– Je vois, demandez-lui de venir me voir.

La femme rencontre le docteur et ce dernier lui demande pourquoi elle ne veut plus faire l’amour avec son mari. La femme s’explique :
– Depuis 7 mois, je prends le taxi chaque matin pour aller au travail. Je ne gagne pas beaucoup d’argent, alors le chauffeur de taxi me demande toujours : « Alors, vous allez me payer aujourd’hui ou quoi ? ». Et comme je n’ai pas assez d’argent, je lui donne toujours le « ou quoi », vous voyez ce que je veux dire… Ce petit jeu me fait arriver en retard au travail, alors mon patron me demande : « Voulez-vous que je réduise votre salaire ou quoi ? ». Et oui, je donne encore un « ou quoi »… Lorsque je reviens du travail, je prends encore un taxi et le chauffeur me demande : « Allez-vous me payer cette fois-ci ou quoi ? ». Encore un « ou quoi ». Vous voyez, alors quand j’arrive à la maison je suis tellement épuisée que je ne veux plus de relations sexuelles avec mon mari…

Le médecin :
– Je comprends. Maintenant allons-nous le dire à votre mari ou quoi ?