Blagues police

Les meilleures blagues sur la police sont sur Blagues & Dessins !

Le shérif vétérinaire

Un shérif d’une petite ville du Texas est en même temps vétérinaire. Il est réveillé en pleine nuit par un visiteur qui lui demande de venir d’urgence.
– Qui voulez-vous ? Interroge-t-il, le shérif ou le vétérinaire ?
– Les deux ! Nous n’arrivons pas à desserrer la mâchoire du chien qui a attrapé un voleur.

Publicité

Trop tard pour la prune

Un agent de police contrôle la validité des tickets de stationnement derrière les pare-brises des voitures. Sur l’un deux, un automobiliste avait placé ce petit mot :
– Je reviens de suite.

L’agent verbalise quand même et accompagne la contravention d’un petit papier sur lequel on peut lire :
– Il sera trop tard !

Le vol de la trompette

Au poste de police, le commissaire interroge un voleur :
– Monsieur, vous savez jouer de la trompette ?
– Non, monsieur le commissaire.
– Alors, pourquoi avez-vous volé la trompette de votre voisin ?
– Parce que lui non plus ne sait pas en jouer…

La valse des contredanses

humour, La valse des contredanses

L’autre jour, je sors de chez le boulanger et j’aperçois un motard de la police en train de rédiger un PV de stationnement. Je m’approche et lui dis :
« Je ne suis resté que cinq minutes chez le boulanger. Ne pouvez-vous pas annuler cette contravention ? »

Il m’ignore superbement et continue à écrire.
« Con d’emmerdeur », ne puis-je m’empêcher de lui dire.

Et voilà qu’il dresse un autre PV pour absence de plaque réfléchissante à l’avant du véhicule. Mon sang ne fait qu’un tour et je l’engueule copieusement :
« Gros Nul, Playmobil raté, sous-produit de débile, pet de vache, impuissant, analphabète, hémorroïde hypertrophiée… »

Ah, là, j’ai bien utilisé les richesses de mon vocabulaire. Cela continue encore un quart d’heure, et le flic, sans sourciller, continue à mettre des contredanses sous l’essuie-glace au point qu’il n’y avait pratiquement plus de place sur le pare-brise. Je constate que tout cela ne nous mène à rien et je jette l’éponge.

Puis je me rends tranquillement à ma voiture, garée deux rues plus loin…