Les malheurs de l’un et le pire de l’autre


Deux aristocrates anglais discutent à leur club. Le premier raconte ses malheurs au second :
– Mon manoir a brûlé et il n’était pas assuré !
L’autre lui répond :
– Il y a pire ! Le premier ajoute :
– En plus, ma fille va se marier avec un noir catholique !
L’autre répond :
– Il y a pire !
Le premier ajoute :
– Oui, mais en plus j’ai sur le dos un contrôle fiscal sur 20 ans de comptabilité !
L’autre répond :
– Il y a pire !
Excédé, le premier demande :
– Mais qu’est-ce qui serait pire que tous ces malheurs ?
L’autre répond :
– Ce qui serait pire, ce serait que cela m’arrive à moi !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.