Le vieil amant motard


Quand, à un passage à niveau, le destin fit un jour se croiser un train et la moto du vieil amant de Madame Jamm, Monsieur Jamm – qui détestait son rival – s’écria : « Enfin ! »

Et courut chez le marbrier commander une plaque.
– Et pour l’épitaphe, dit-il, vous mettrez : « Mieux vaut tard que jamais, vieux motard que Jamm hait ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.