La pitié de l’empoisonneuse de mari

Une dame qui, après 30 ans de vie commune, a empoisonné son mari en mettant de l’arsenic dans son café est interrogée par le procureur lors de son procès : « Mais enfin madame, lorsque vous avez commis votre crime, vous n’avez à aucun moment éprouvé une quelconque pitié pour votre mari ? »

L’accusée lui répond :
« En fait, si. Quand il m’a demandé de lui resservir une tasse. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.