blague URSS

Bye bye Gorbi

dessin presse humour décès Mikhaïl Gorbatchev image drôle Russie URSS Vladimir Poutine
Bye bye Gorbi

Mikhaïl Gorbatchev est mort, Poutine déclare :
Vladimir Poutine : « Cette fois-ci, ce n’est pas moi qui ai fait le coup ! »
(Caricature Poutine – Dessin du 1er septembre 2022)

Publicité

Les yeux et les oreilles en URSS

Du temps de Staline, un citoyen soviétique pénètre dans un hôpital à la recherche d’un spécialiste des yeux et des oreilles. Cela n’existe pas, lui dit la réceptionniste. Si vous avez un problème d’oreilles, vous vous adressez à un oto-rhino, si vous venez pour les yeux, vous demandez à voir un ophtalmologiste.
– J’insiste, dit l’homme. J’ai besoin d’un spécialiste des yeux et des oreilles !
– Mais quel est donc votre problème ? demande la réceptionniste.
– J’entends une chose mais j’en vois une autre

La blague russe de l’encre rouge

Ça se passe en U.R.S.S., dans les années 50. Jacob-Illya Vasilievitch est un ingénieur juif en travaux publics. Un beau jour, les autorités hiérarchiques le mutent dans une ville de Sibérie pour participer à la création d’un gigantesque complexe industriel.

Jacob est assez anxieux de cette mutation. Il dit à Rebecca, sa femme :
– Tu resteras ici. Pas question de déménager. Je t’écrirai toutes les semaines, voilà tout…
– Mais, et la censure ? Lui demande Rebecca.
– Eh bien, nous allons utiliser un stratagème. Lorsque je t’écrirai quelque chose à l’encre bleue, cela voudra dire que c’est la vérité et que tu pourras croire tout ce que tu liras ; par contre, tout ce que j’écrirai à l’encre rouge sera faux.

Un mois plus tard, Rebecca reçoit la première lettre de Sibérie provenant de son mari Jacob. Toute la lettre est écrite à l’encre bleue :

« Bonjour ma chérie
La vie ici est formidable. La tâche que nous avons à réaliser est grandiose, l’état nous a fourni des logements de fonction dignes de ceux d’un roi. Nos repas dans le restaurant collectif sont de vrais festins. Vraiment, je ne regrette pas cette mutation !

Une chose manque pourtant atrocement à ce tableau idyllique : impossible de trouver de l’encre rouge en ville… »