Blagues russes

Les poils de la Guerre Froide

blague épilation, blague femme, blague poils, blague Russes, blague diplomate, blague rasage, humour

Il y a quelques années, pendant la guerre froide, Ivan avait la double fonction de diplomate russe et d’espion. Il était arrivé six mois plus tôt aux Pays-Bas, lorsqu’il éprouva le besoin de se confier à Boris, son secrétaire personnel :
« J’ai besoin d’une fille Boris. Je n’y tiens plus. Six mois sans une petite Petrouchka, c’est trop ! »

Le jour suivant, Boris appelle une call-girl pour son patron. Ivan la reçoit avec ce qu’il faut de vodka et de caviar pour un minimum de convivialité. Alors que la fille enlève son haut, Ivan remarque qu’elle s’est rasé les aisselles. Étonné, il montre ses propres aisselles et lui confie :
« Chez nous, les femmes ont des poils à cet endroit. »

La fille lui répond gentiment :
« Chez nous, c’est la mode de se raser les aisselles. Les hommes préfèrent ça. »

Ils boivent encore un peu de vodka, et la fille enlève ses bas. En passant la main sur le galbe de ses mollets, Ivan découvre que la peau est aussi lisse et douce que celle des fesses d’un bébé. Il s’étonne à nouveau :
« Chez nous en Russie, les femmes ont des poils ici aussi ! »

Une fois de plus, la fille répond :
« Eh bien ici, les femmes ont l’habitude de se raser ou de s’épiler les jambes. »

Un verre de vodka et quelques cuillères de caviar plus tard, la fille retire sa culotte et Ivan au comble de l’effarement constate qu’elle a les poils pubiens presque complètement rasés eux aussi ! Il y va à nouveau de son couplet sur les femmes russes :
« Chez nous en Russie, les femmes ont beaucoup plus de poils que ça à cet endroit ! »

Alors la fille s’énerve et lui répond :
« Écoute Tovaritch, si tu préfères tricoter, c’est une brebis qu’il te fallait, pas une fille ! »

Boris Eltsine et l’arme nucléaire

Un diplomate en poste au Kremlin s’inquiète de la très grande fatigue du président russe auprès d’un familier.
– Croyez-vous que nous ayons à craindre que Boris Eltsine utilise l’arme nucléaire ?
– Pas du tout, répond l’homme, il faudrait qu’il se souvienne du numéro de code et vu son état de santé, ça toucherait à l’exploit !
– Mais en admettant que ça lui revienne…
– Il faudrait qu’il réussisse à introduire la clef dans la serrure. Il a déjà du mal à glisser un bulletin de vote dans une urne, alors ça toucherait à l’exploit !
– Et s’il y parvenait ?
– Alors là, il se rendrait compte qu’on a remplacé la clef de l’arme nucléaire par le double de la clef du bar de son bureau !

Publicité

La vieille russe et le pain

C’est une vieille femme en Russie qui fait la queue pour le pain. Et quand son tour arrive elle lance un soupir, regarde le ciel et dit :
– Oh Merci mon Dieu !

Alors le boulanger rétorque:
– On ne dit pas Merci mon Dieu, on dit Merci Staline !

Et la femme lui demande :
– Et quand Staline sera mort, que dirons nous ?

Le boulanger répond :
– Quand nous serons la, nous dirons : Merci mon Dieu !

Un autre Tchernobyl

– Que feriez-vous, demande-t-on au ministre de l’Energie russe, au cas où l’une de vos centrales nucléaires, encore plus pourries que celle de Tchernobyl, viendrait à sauter ?
– Nous mettrions nos meilleurs collaborateurs à l’œuvre sur les ordinateurs.
– Pour assurer aux populations environnantes la meilleure sécurité ?
– Non. Pour calculer le montant de l’aide que nous allons réclamer aux gogos de contribuables de l’Union européenne.

L’enfer communiste

On racontait autrefois en U.R.S.S. l’histoire de cet homme auquel, à son arrivée en enfer, le diable demanda de choisir la section qu’il préférait, communiste ou capitaliste :
« L’enfer communiste, bien sûr, » déclara-t-il. « Je sais que la chaudière n’y marchera pas. »

Les meilleures blagues sur les russes sont sur Blagues & Dessins !