Seul

Pour moi le vieux fou capricieux
En cherchant l’amour et la joie
Ne perdant pourtant pas la foi,
J’ai usé mon cœur et mes vœux. Que ne suis-je comme tant d’autres tombé
Pour une cause désespérée,
Au lieu de succomber tari
Sous les coups violents du mépris

Seul je suis, seul je resterais
Egrenant les coups de mon cœur
Qui palpite solitaire

Et moi de l’amour mes apprêts
Sont néants comme l’âme sœur
Dont l’image s’estompe sur terre

Laurent Zimmermann

ATTENTION : Ce texte est une œuvre originale, déposée auprès de la SGDL. Toute reproduction sans accord préalable de l’auteur est strictement interdite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.