Le coup du baril de briques

Les perles : la Sécurité Sociale

« Jonathan Pluriendlavie
7 rue d’en haut
99 627 Aufond

Caisse d’assurance Maladie
99 515 Trifouilly les oies

Monsieur,
Vous trouverez, ci-dessous, l’explication de faits qui se sont déroulés la semaine dernière, sur mon lieu de travail. Je devais descendre un stock de briques qui était resté au dernier étage d’un immeuble sur lequel je travaille. Pour m’économiser des efforts, j’ai fixé un madrier avec une poulie en haut du batiment, puis j’ai passé une corde dans la gorge de la poulie, la corde étant assez longue pour toucher le sol par chacun de ses bouts.

J’ai attaché un baril vide au bout de la corde, puis je l’ai monté en haut du batiment. Ensuite j’ai attaché l’autre bout de la corde à un arbre pour que le baril reste suspendu dans les airs. Là, je suis monté sur le toit, puis j’ai rempli le baril de briques. Ensuite je suis retourné en bas pour détacher la corde de l’arbre, afin de faire descendre ce satané de baril. Mais le putain de baril était bien trop lourd pour moi et avant que je réalise quoi que ce soit, voilà le baril qui descend d’un seul coup, et par la même occasion, qui me monte en l’air d’un seul coup.

Comme je n’avais pas lâché la corde, à la moitié du chemin, j’ai rencontré cette merde de baril qui descendait: j’ai alors reçu un énorme de coup sur l’épaule… Qu’est-ce que ça m’a fait mal !!!

Mais c’est pas tout: ensuite, j’ai continué à monter. Rendu en haut, je me suis éclaté la tête sur ce bon sang de m… de madrier, et au même moment, je me prends les doigts dans la poulie ! J’ai cru perdre connaissance à cause de la douleur à ce moment là.

Quand le baril toucha terre, son fond a éclaté, libérant les briques. Du coup, il n’y avait plus assez de poids pour me retenir en haut du bâtiment. C’est pour ça que je suis redescendu comme une masse.
Comme la première fois, j’ai croisé le tonneau qui cette fois-ci montait. Là, je l’ai reçu en plein dans ma jambe. Ça m’a encore fait un mal de chien. Arrivé en bas, je me suis complètement vautré sur le tas de briques.

Je pensais mourir sur place, et comme j’étais tout étourdi, sans m’en rendre compte, j’ai laché la corde. 4 secondes plus tard, j’ai reçu un énorme coup sur la tête, et c’est comme ça que je me suis retrouvé à l’hôpital.

C’est pour cette raison que j’ai l’honneur de vous demander un mois de congés maladie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.