Le bras du voleur pris la main dans le sac

Un jeune avocat voulant se faire un nom hérite d’un cas typique de vol avec effraction. Et en flagrant délit, de surcroit. Mais il tente sa chance et décide d’adopter une défense originale : – Votre Honneur, le bras de mon client est passé à travers une vitre peu solide, et a ramassé quelques menus objets qui ne valent pas grand chose. Oserais-je vous faire remarquer que même si son bras est coupable, mon client ne l’est pas puisque son bras n’est pas vraiment lui. Je conçois que vous punissiez le bras, mais ne serait-ce point une iniquité de condamner l’individu tout entier ?

Le juge, bon joueur, regarde l’avocat avec un sourire en coin et lui dit :
– Maître, je trouve votre logique fascinante, et en adoptant votre point de vue, je condamne le bras du condamné à 12 mois de prison fermes. L’accusé peut accompagner son bras s’il le désire.

Une petite lueur d’amusement s’allume alors dans les yeux de l’avocat lorsqu’il voit son client se diriger vers le greffier, détacher son bras artificiel et sortir du tribunal.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.