La ruine du fakir


Un fakir ruiné se présente un jour au guichet du Crédit National :
– Est-il vrai que vous acceptez n’importe quel objet en gages ?
– Du moment qu’il a un peu de valeur, oui.
– Dans ces conditions, combien m’offrez-vous pour me mettre au clou ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.