La plage

Sur la plage ils ont laissé
L’empreinte de leurs corps gravés
Trace infime d’un amour
Qui ne veut pas s’effacer Et là où ils furent installés
Tant de choses ont été rêvées
Un bonheur, vivre à deux toujours
Tout ce dont ils avaient envie
Tout ce que refusait leur vie
Tout fut là par eux étalé

Séparés par tout
Ils s’aimèrent pourtant
Si l’on les dit fous
L’on est point amant

Sur la plage ils ont brûlé
D’un même feu, d’un même espoir
L’amour n’a jamais reconnu
Les barrières d’un monde méconnu
Et le sable reconnaissant
D’être juge d’un amour naissant
Se creusa, s’enfonça et prit
La forme de leurs corps incompris
Et quand la mer les accueillit
Il scella leur mémoire, recueilli

Séparés par tout
Ils s’aimèrent pourtant
L’espoir mort par vous
Vit par le néant

Laurent Zimmermann

ATTENTION : Ce texte est une œuvre originale, déposée auprès de la SGDL. Toute reproduction sans accord préalable de l’auteur est strictement interdite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.