La bonne action de Jean-Marie Le Pen

Jean-Marie revient d’un meeting électoral dans le Nord, et voit sur le bord de la route un arabe qui vient d’avoir un accident, il est ensanglanté et sur le point de mourir. Comme il est dans un jour de bonté, Jean-Marie ouvre la portière arrière, met l’accidenté sur la banquette arrière et se met à faire du 180 pour arriver le plus vite possible à l’hôpital.

En chemin, des gendarmes en moto le prennent en chasse pour vitesse un peu excessive. Jean-Marie, soucieux des lois, s’arrête devant le gendarme. En se dirigeant vers Jean-Marie, il jette un coup d’oeil sur la banquette arrière, et dit :
« Alors Jean-Marie, on braconne ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.