L’évolution du téléphone


– J’ai connu, dans ma vie, plusieurs étapes, avec le téléphone, raconte un retraité. Au début de ma carrière, j’allais téléphoner à l’épicerie en bas de chez moi. C’était par utilité. Puis, j’ai eu un appareil à moi. C’était le luxe. Ensuite, j’ai dirigé un bureau où il y avait vingt téléphones. C’était l’opulence. Et, maintenant que je me suis retiré dans un petit village de Lozère, lorsque quelqu’un a vraiment besoin de me joindre, il appelle à l’épicerie-boulangerie-buvette où l’on me fait la commission quand j’y vais chercher mon pain. Et là, c’est vraiment le paradis.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.