L’évadé professionnel


Vingt fois évadé, vingt fois repris, un malfaiteur explique au tribunal :
– Tout cela remonte à quand j’avais à peine dix-huit mois. Mon père, qui avait fait partie de la bande à Pierrot-le-fou, me donnait un sucre d’orge à chaque fois que je réussissais à m’évader du parc où ma mère m’avait placé, dans un coin de la salle de séjour.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.