L’évadé professionnel

Vingt fois évadé, vingt fois repris, un malfaiteur explique au tribunal :
– Tout cela remonte à quand j’avais à peine dix-huit mois. Mon père, qui avait fait partie de la bande à Pierrot-le-fou, me donnait un sucre d’orge à chaque fois que je réussissais à m’évader du parc où ma mère m’avait placé, dans un coin de la salle de séjour.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.