Fumée


Fumée bleue qui peu à peu me détruit
Fumée douce qui brûle sur son passage
Car c’est la mort, bâton, que tu produis
Ne cédons pas à cet aérophage Regardez les hordes de ceux qui meurent
Pour t’avoir cru, t’avoir cédé une fois,
Pour avoir tes quelques instants de bonheur
Tu as été une tentation pour moi

J’ai été, bâton, un de tes suppôts.
En échange de ma foi, qu’as-tu offert ?
Peu de fumée pour une vie d’enfer

Je te renie, tu n’es qu’un fantôme.
Ma volonté deviendra mon heaume
Et ma vie ne sera plus ton impôt.

Laurent Zimmermann

ATTENTION : Ce texte est une œuvre originale, déposée auprès de la SGDL. Toute reproduction sans accord préalable de l’auteur est strictement interdite.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.