Angoisse


Que suis-je pour prétendre au bonheur ?
Agglomérat de matière vivant
Réagissant à la joie, à la peur
Etre aussi le besoin me poursuivant. Pourquoi alors prétendre au bonheur ?
Une vie passive et solitaire
S’acharnant au travail avec ardeur,
Multiples composants de la terre.

Vie solitaire, terrible engeance
Envie d’être deux, besoin d’être compris,
Besoin de machine humaine, peur, mépris.

Basse humanité prise de folie
Toujours du calice cherchant la lie
Pour attirer des cieux la vengeance

Laurent ZIMMERMANN

ATTENTION : Ce texte est une œuvre originale, déposée auprès de la SGDL. Toute reproduction sans accord préalable de l’auteur est strictement interdite

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.