A qui le dédier

Héritage déçu
D’une enfance perdue
Eclats de verre brisé
D’une mémoire déchirée Les hommes qui t’ont blessée
L’amour t’a délaissé
Et pourtant tu souris
Alors que tout est gris
N’est-ce pas merveilleux
Car tu as fait à deux
Et la vie et l’amour
Car tu auras toujours
Visions de cette union
Echos de la passion
Irradiant le malheur
Et lorsque tout à l’heure
Servant tes souvenirs
A moi, au vent pire
Eclatait ta beauté
Dans tes rêves ôtés
Garde en toi la lueur
Que j’ai vu du bonheur
Regardant par tes yeux
Du passé tes aveux
A ton temps avec lui
Tes galops sous la pluie
Détruit qui dit du mal
Que l’on aime un cheval

Laurent Zimmermann

ATTENTION : Ce texte est une œuvre originale, déposée auprès de la SGDL. Toute reproduction sans accord préalable de l’auteur est strictement interdite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.