Une belle-mère ceinturée


– Mon gendre, raconte une dame, ne manque jamais, quand nous partons, le vendredi soir, à la campagne, de veiller à ce que j’aie bien bouclé ma ceinture.
– C’est gentil de sa part.
– Ce qui l’est moins, c’est qu’il n’a jamais voulu me révéler la combinaison du cadenas dont il l’a équipée.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.