Une belle-mère ceinturée

– Mon gendre, raconte une dame, ne manque jamais, quand nous partons, le vendredi soir, à la campagne, de veiller à ce que j’aie bien bouclé ma ceinture.
– C’est gentil de sa part.
– Ce qui l’est moins, c’est qu’il n’a jamais voulu me révéler la combinaison du cadenas dont il l’a équipée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.