Le métier du père

Un collégien raconte à ses parents :
– On a fait un essai, en classe, sur le thème : « Le métier de mon père ». Ça m’inspirait et je me suis dit que mon texte serait sûrement le meilleur et que la prof le lirait à haute voix devant toute la classe.
– Alors, dit la mère, tu as raconté comment ton père, un des plus grands chirurgiens de ce monde, a déjà réussi plus de vingt greffes du cœur ?
– Heu… non. Pour impressionner les copains, j’ai raconté qu’il conduisait une voiture de pompiers.

Le nouveau sexe

C’est un mec qui en à marre d’avoir une petite queue et donc il va voir le docteur pour lui demander ce qu’il peut faire pour lui.
– Pas de problème, lui dit le docteur, je peux vous en greffer une autre à la place. Nous avons plusieurs modèles en stock. Nous avons du 15 centimètres, du 20 centimètres, du 25 centimètres et du 30 centimètres.
– Ah ouais super ! Je serais très intéressé par un modèle 30 centimètres.

Le docteur lui sort tous les modèles de 30 centimètres et les pose sur la table. Le mec regarde, examine, tâte, … etc puis au bout d’un moment il fait :
– Heu docteur … vous n’avez rien en blanc ?

De trop grandes grandes lèvres

À l’hôpital, une femme veut se faire opérer car elle trouve que ses lèvres vaginales sont trop grandes. Elle insiste auprès du docteur pour qu’il garde le plus grand secret sur l’opération car elle est embarrassée et ne veut que personne ne le sache.
– Nous sommes tenus au secret professionnel, madame.

Après l’opération, au réveil, elle trouve trois roses placées avec soin à côté de son lit. Outrée, elle appelle le docteur :
– Je pensais vous avoir demandé de ne pas parler de mon opération à personne !
– Ne vous inquiétez pas. Je n’ai rien dit à personne. La première rose est de moi. J’ai senti de la compassion pour vous parce que vous avez traversé, tout ceci complètement seule.
– La deuxième rose est de mon infirmière. Elle m’a aidé à vous opérer.
– Et la troisième ?
– Elle provient d’un type dans l’unité des grands brûlés qui vous remercie pour ses nouvelles oreilles !

La vasectomie fait pleurer

Siméon voulait une nouvelle méthode de contraception. Sa femme ne voulait pas prendre la pilule et il en avait marre de devoir toujours recourir aux capotes.

Le médecin lui dit alors que dans son cas, ce qui conviendrait le mieux serait une vasectomie et qu’il pourrait même exécuter l’opération dans son cabinet, sans aucun problème.

Siméon se laissa convaincre, et comme il était à jeun, l’opération se fit « dans la foulée ».

Tout se passait bien, jusqu’à ce que, au moment critique, le médecin éternue et ne fasse un faux mouvement… En un instant, les testicules de Siméon se retrouvèrent par terre. Pire encore, l’infirmière qui se trouvait à côté du médecin portait des hauts talons (dingue, non ?), et comble de malheur, elle écrasa les deux roubignolles !

Par chance, le médecin avait sous la main un bocal d’oignons au vinaigre. Ils étaient à la bonne taille, il décida donc de les placer dans le scrotum à la place des deux testicules en bouillie !

Quelques semaines plus tard, Siméon revint voir son médecin pour le contrôle post-opératoire. Quand le docteur lui demanda comment les choses allaient, Siméon répondit :
« C’est pas mal docteur. Au moins ma femme ne risque plus de tomber enceinte. Mais il faut quand même que je vous dise qu’il se passe des trucs bizarres : À chaque fois qu’on fait l’amour, ma femme a des brûlures d’estomac ; Et moi, quand je fais pipi j’ai les yeux qui pleurent et chaque fois que je passe devant chez McDonald’s, j’ai une érection. »

Les donneurs de couilles

Les perles : la politique

« Vous savez, on greffe des foies, on greffe des reins, on greffe tout, sauf des couilles parce que l’on manque de donneurs. »

(Jacques Chirac)