blague caserne

Les oreilles de la guerre

Dans la cour de la caserne, le capitaine éduque les nouvelles recrues.
– Nous sommes en temps de guerre, les avions ennemis sillonnent le ciel, soldat Durand, que faites-vous ?
– Je rampe, mon capitaine.
– Bien ! Une bombe vous arrache l’oreille, que faites-vous ?
– Je rampe toujours, mon capitaine !
– Bien ! Une autre bombe vous arrache l’autre oreille, que faites-vous ?
– Je ne sais pas, mon capitaine, je n’y vois plus.
– Allons, vous savez que les oreilles servent à entendre et non à voir !
– Je le sais, mon capitaine, mais ce sont elles qui retiennent mon casque.

La blague du retard à la caserne

Dans une caserne, plusieurs appelés rentrent en retard de leur permission.

Le commandant appelle le premier :
– Alors p’tit gars, motif du retard
– Ben mon commandant, vous allez rire, je suis fiancé à une fille de la campagne et là- bas, c’est pas comme chez nous, on discute, dot … Enfin bref, on a tellement discuté avec le beau père qu’on a pas vu l’heure passer. Alors le beau père m’a ramené au galop à la gare, avec la charette et le cheval, mais bon voilà, à cent mètre de la gare, le cheval qu’était vieux est mort, j’ai raté mon train à quelques secondes et y’en a qu’un par jour.

Emu le commandant passe l’éponge et appelle le deuxième :
– Alors p’tit gars, motif du retard
– Ben mon commandant, vous allez rire, je suis fiancé à une fille de la campagne et la bas, c’est pas comme chez nous, on discute, dot … Enfin bref,… le beau père … a pas vu l’heure passer. .. m’a ramené au galop à la gare, avec la charette et le cheval, mais bon voilà, à cent mètre de la gare, le cheval qu’était vieux est mort, j’ai raté mon train à quelques secondes et y’en a qu’un par jour.

Bon… admettons. Et il passa au troisième :
– Alors p’tit gars, motif du retard
– … commandant, … rire, je suis fiancé … fille … campagne … pas comme chez nous, discute … dot …
Enfin bref,… le beau père … a pas vu l’heure … .. ramené … à la gare, avec … charette … cheval, mais … cent mètre … gare, le cheval … vieux … mort, … raté … train à quelques secondes et y’en a qu’un par jour.

Et ainsi de suite jusqu’au 30ème qui rentre :
– Bon alors ?
– Ben mon commandant.
– Je sais… « je vais rire », « vous êtes fiancé à une fille de la campagne »…
– Oui mon commandant.
– « Là-bas on prend le temps de discuter et vous n’avez pas vu l’heure passer… »
– Oui mon commandant.
– « Alors votre beau père vous a ramené à la gare… »
– Oui mon commandant.
– « Mais bon voilà, le vieux cheval est mort à cent mètres de la gare… »
– Euh ? Non mon commandant, mon beau père n’a pas de cheval il à une 4L.
– Alors vous, vous n’avez aucun motif, petit salopard !
– Ben c’est que … vous allez rire mon commandant, à cent mètres de la gare il y avait un tas de chevaux morts au milieu de la route …

Publicité

Le fortifiant sexuel

– Ma femme, dit un monsieur à un pharmacien, aurait besoin d’un bon fortifiant. Est-ce que vous en connaîtriez un qui lui fasse vraiment de l’effet ?
– Faites-lui prendre trois comprimés par jour de celui-ci, conseille le pharmacien. Mais à une condition impérative…
– Laquelle ?
– Dans quinze jours, elle aura retrouvé tellement d’énergie que vous devrez, au choix, vous tenir prêt à lui faire l’amour dix fois par jour ou déménager pour habiter à côté dune caserne.

La blague des révélations

blague enfant, blague Père Noël, blague révélation, blague service militaire, blague caserne, blague courage, humour drôle

Une femme et son époux discutent avant de dormir, de leur fils qui doit les quitter le lendemain afin de faire son service militaire :
– Tu sais chéri, comme notre fils n’est pas très au courant des choses de la vie (il n’a que 21 ans), ce serait bien si tu pouvais lui glisser un mot a propos de tu sais quoi, avant son départ. Sinon, il risque de se faire taquiner par ses nouveaux copains a la caserne.
– Tu as raison. Le courage m’a toujours manqué jusqu’à présent, mais demain au réveil je lui en parlerai.

Le lendemain matin, l’homme tente de parler à son fils mais les mots lui restent dans la gorge.

Il accompagne donc son fils à la gare se promettant bien de lui en glisser un mot avant son départ. Il prend un verre au bar avec son fils en attendant le train et s’apprête à tout lui dire mais n’y arrive toujours pas.

Pendant que son fils monte dans le train, le papa se sent coupable d’avoir échoué dans son rôle de père et se met à courir vers le train qui se met à rouler. Sentant qu’il va enfin se libérer d’un poids énorme il crie à son fils qui a sorti sa tête par la fenêtre :
– LE PÈRE NOËL N’EXISTE PAS !

La marine à la nage

C’est l’histoire d’un type qui va s’engager dans la Marine. Il arrive à la caserne et là le sergent lui demande :
– Est-ce que vous savez nager ?

Le type répond :
– Pourquoi il n’y a pas de bateau ?