blague aggravation

Le condamné en colère

À l’aube, dans une prison américaine, on ouvre la porte de la cellule d’un condamné à mort. Face à lui, il aperçoit le directeur de la prison, le juge, le pasteur et son avocat.
– Soyez courageux, dit le directeur. Votre recours en grâce a été rejeté par le gouverneur…
– Quoi ? hurle le prisonnier. Il a fait ça, cet enfoiré ? Ce minable, ce taré, cette ordure, cet enculé !
– Arrêtez, lui souffle son avocat. Vous aggravez votre cas.

Publicité

La colère du condamné

L’avocat entre dans la cellule de son client, condamné à mort, en compagnie du juge d’instruction, et lui annonce :
– Votre grâce a été refusée. J’ai le triste devoir de vous apprendre que vous monterez demain sur l’échafaud.
– Quoi, hurle le condamné, une énorme brute aux yeux injectés de sang. Quoi, quoi, quoi ? On me refuse ma grâce ?

Et la colère montant en lui, il attrape le juge d’instruction et le roue littéralement de coups.
– Tiens, salaud. C’est de ta faute, ça, hein ? Eh bien, prends ça !

Le juge d’instruction est groggy.
– Arrêtez ! crie l’avocat à son client. Vous n’allez réussir qu’à aggraver votre cas.

L’Irlandais alcoolique

Un Irlandais va consulter son médecin. Il se plaint de crises de délire. Le médecin l’interroge, l’ausculte, et finit par lui dire :
– Ecoutez, je pense qu’il s’agit de delirium tremens : vous allez devoir supprimer l’alcool pendant un mois et ensuite vous reviendrez me voir… Si votre état s’est amélioré, ça confirmera mon diagnostic !

Alors l’Irlandais lui répond :
– Je vous propose de faire autrement : je vais doubler ma ration d’alcool pendant un mois, et on va voir si mon état s’aggrave !