Si dure était sa vie

Un pauvre homme qui vient de se disputer une fois de plus avec sa femme, s’exclame :
– Cette fois-ci, c’en est trop !

Et il se dirige d’un pas décidé vers la porte.
– Où vas-tu ? lui demande son dragon de femme.
– Je pars… j’affronterai tout pour oublier la vie que tu me fais mener. Je préfère la soif, les ennemis sanguinaires, les cannibales, manger les feuilles des arbres de la jungle, boire l’eau salée des mers…

Il ouvre la porte puis la referme :
– Tu as de la chance ! soupire-t-il, il pleut.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.