Prends-moi toute entière

C’est l’été et dans la campagne, on est en pleine moisson. Dans les champs, le fils Mastard et le fils Wasclez discutent tout en ramassant les bottes de paille.

Le fils Mastard raconte :
– Tu sais, la semaine dernière, une magnifique jeune femme est passée devant la ferme à vélo. Elle avait un pneu de crevé. Alors, je lui ai réparé, et une fois la roue remontée, pour me remercier, elle s’est approchée de moi, elle a retiré sa petite culotte, et elle m’a dit : « Vas-y ! Prends, prends tout ce que tu veux ! »

Et le fils Wasclez lui demande :
– Et alors, t’a fais quoi ?
– Ben, j’ai pris son vélo… Qu’est-ce que tu voulais que j’en fasse de sa culotte ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.