Les billets de banque du Paradis


A l’entrée du Paradis, Saint Pierre dit à un nouvel arrivant qui se présente, les poches bourrées de billets de banque :
– Non, non, votre proposition de nous installer gratuitement le chauffage central, si l’on vous accepte parmi les élus, ne m’intéresse pas du tout. En revanche, allez donc agiter votre fortune sous le nez du patron de l’entreprise concurrente, au sous-sol. J’ai entendu dire qu’il songe, depuis longtemps, à s’équiper de ventilateurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.