blague ventilateur

Le ventilateur avionique

Les perles : l’aviation

« L’hélice devant l’avion est un gros ventilateur conçu pour garder le pilote au frais. Lorsqu’il s’arrête, vous commencerez à avoir chaud… Il est donc important de le faire fonctionner en tout temps durant le vol. »

Ce que les enfants nous enseignent

humour, blague restaurant, blague enfant, blague enseignement, blague jeune, blague jeunesse, blague parent, blague ventilateur, blague balle, blague éducation, blague maison, blague parentalité, blague famille

Dans un restaurant bondé, la voix d’un enfant de 4 ans est plus forte que celle de 200 adultes.

Si on suspend la laisse d’un chien à un ventilateur accroché au plafond, le moteur du ventilateur n’est pas assez puissant pour faire tourner un garçon de 21 kilos vêtu d’un pyjama décoré et d’une cape de superman.

Toutefois, il est suffisamment puissant pour pulvériser de la peinture sur les quatre murs d’une pièce de 40 m2.

Les balles de base-ball font des marques sur les plafonds.

Il est déconseillé de lancer des balles de base-ball en l’air quand le ventilateur du plafond est allumé.

Pour se servir du ventilateur comme d’une batte de base-ball, il faut lancer la balle plusieurs fois avant d’avoir une frappe.

Le ventilateur du plafond est un excellent lanceur.

Le verre des fenêtres (même à double vitrage) n’arrête pas une balle de base-ball frappée par un ventilateur de plafond.

Quand on entend quelqu’un tirer la chasse d’eau puis émettre les mots « oh, oh ! », c’est déjà trop tard.

Un gamin de six ans peut faire du feu avec un silex, même si un homme de 36 ans dit que ça ne marche que dans les films.

On peut démarrer un feu avec une loupe même par temps couvert.

Si on utilise le waterbed comme terrain de foot avec des chaussures à crampons, il n’y a pas de fuite… il y a une explosion.

Un waterbed grand modèle contient suffisamment d’eau pour répandre 10 centimètres d’eau partout dans une maison de 200 m2.

Les legos franchissent sans encombre le système digestif d’un enfant de quatre ans. Pas les Duplos.

Ne jamais utiliser dans la même phrase les expressions pâte à modeler et four à micro-ondes.

La superglu, c’est du solide.

McGyver peut nous apprendre tout un tas de choses qu’on a absolument pas envie de savoir.

Idem pour Tarzan.
Quelle que soit la quantité de Jello (NdT : préparation pour entremets de type « Jelly ») que l’on met dans une piscine, il est impossible de marcher sur l’eau.

Les filtres de piscine n’aiment pas la Jello.

Les sacs poubelle ne sont pas de bons parachutes.

Si on met des billes dans le réservoir d’une voiture, celle-ci fait beaucoup de bruit en roulant.

Savoir d’où vient cette odeur est une mauvaise idée.

Toujours regarder dans le four avant de l’allumer.

Les jouets en plastique et les fours ne font pas bon ménage.

Les pompiers mettent toujours au moins 5 minutes à arriver.

Le cycle d’essorage du lave-linge ne donne pas le tournis aux vers de terre.

Par contre, pour les chats, ça marche.

Un chat qui a le tournis vomit deux fois son poids.

un chat qui vomit sur un ordinateur, ca peut vite être gore
Ce que les enfants nous enseignent

Le silence n’est pas synonyme d’absence d’ennuis en perspective.

Avec un solide sens de l’humour, on survit à la plupart des problèmes de l’existence (malheureusement, ça marche surtout a posteriori).

Qui a dit qu’élever des enfants n’avait rien de drôle ?

Publicité

La vieille qui a ce qu’il vous faut

humour, blague place, blague bus, blague ventilateur, blague vieille, blague culot, blague maladie, blague vieillesse, blague chauffeur, blague exigence, blague canicule, blague santé

C’est une petite vieille qui monte dans un bus archi-bondé et qui vient se placer debout devant une jeune fille. Portant la main à sa poitrine, elle lui dit d’une voix tressautante :
– Jeune fille, si vous saviez ce que j’ai, vous me laisseriez votre place !

Et aussitôt, la jeune fille se lève et cède sa place à la vieille dame. Comme il fait très très chaud dans ce bus archi-bondé (on est en pleine canicule estivale), la jeune fille qui vient de céder sa place sort de son sac un petit ventilateur personnel. De son fauteuil, la vieille la regarde et lui dit :
– Jeune fille, si vous saviez ce que j’ai, vous me laisseriez votre ventilateur aussi !
Et la jeune fille conciliante cède son petit ventilo à la vieille dame.

Dix minutes plus tard, la vieille femme se lève, rend le ventilo à la jeune fille, s’approche tant bien que mal du chauffeur du bus et lui dit :
– Arrêtez-moi là, c’est ici que je descend !

Le chauffeur lui répond qu’elle devra attendre le prochain arrêt de bus pour descendre, et tout de suite la vieille refait son numéro ; la main sur la poitrine elle lui dit :
– Si vous saviez ce que j’ai, vous me laisseriez descendre ici sans poser de question !
Et le chauffeur, conciliant lui aussi, arrête le bus et lui ouvre la porte.

Comme elle descend du bus, il lui demande tout de même :
– Pardon madame d’être indiscret, mais, qu’avez-vous exactement ?

Alors la vieille se retourne vers lui et le regarde avec un petit sourire en disant :
– Du culot !