Les amabilités de Winston Churchill et Lady Astor


« Monsieur, si vous étiez mon mari, je verserais du poison dans votre verre. »

Lady Astor à Winston Churchill. « Madame, si vous étiez ma femme, je le boirais. »

Winston Churchill à Lady Astor.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.