Le restaurant routier avec des chambres garnies


Dans un restaurant de routiers où les serveuses ont coutume de « monter » avec les clients, un conducteur de poids lourd dit à la jeune femme qui vient de quitter son tablier blanc et sa robe noire pour s’allonger près de lui :
– Tu vois, je ne regrette qu’une chose : c’est que ta poitrine ne soit pas aussi ferme que le bifteck que tu m’as servi il y a une demi-heure.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.