Le psychanalyste et l’homme qui avait peur de tout

Le psychanalyste montre à son nouveau client ce message écrit en grosses lettres : « Je comprends que votre sentiment d’insécurité vous pousse à vous enfermer en permanence dans votre petite voiture comme dans un cocon. Mais si vous voulez que je vous entende, au moins, baissez une vitre. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.