Le prisonnier de guerre et la petite fourmi

Un prisonnier de guerre est dans sa cellule depuis des mois. Il est déprimé et pense à se suicider. Un soir, il entend une petite voix lui dire :
– Non, ne te suicide pas, je suis là ! Il cherche et finalement découvre une petite fourmi, avec laquelle il arrive à communiquer télépathiquement. Il lui donne des miettes de repas, lui fait raconter son histoire, comment elle est arrivée jusque là, sur la semelle d’une botte de gardien. Elle est seule aussi dans la vie. Ils font des projets d’avenir. Finalement, il est libéré. Il part avec sa précieuse amie fourmi dans une pochette. Il va droit à un bistrot et demande une bière, sur la terrasse.

La fourmi demande :
– Sors-moi, je voudrais voir ce que tu bois et en avoir une goutte.

Il lui répond :
– Mais oui, chérie, voilà.

Le garçon de café arrive, ramasse la monnaie et demande si la bière était bonne.
– Mais oui, excellente !

– Oh, répond le garçon, mais il y a une fourmi à côté de votre verre ! Excusez-moi pour la table !

« Tiens, sale bête », dit-il en l’écrasant de son chiffon….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.