Le parachutiste, la prostituée et l’OAS

Pendant la guerre d’Algérie, c’est l’histoire d’un parachutiste, un dur ; un vrai, un balèze qui est en permission à Paris. Il arrive rue Saint-Denis, il se choisit une prostituée, il monte dans la chambre avec elle et elle lui fait :
– Bon ! On y va, mon loup ? Déshabille-toi !

Le mec se déshabille, et là elle s’aperçoit qu’il s’est tatoué « OAS » sur le pénis.
– Quelle horreur ! s’écrie la fille. « OAS » ? Mais tu fais de la politique ?
– Mais pas du tout ! Ça veut dire Organe A Sucer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.