Le numéro un d’Hara-Kiri


Chez un libraire, un adolescent tient à la main le numéro un d’Hara-Kiri.
– C’est une pièce rarissime que les amateurs s’arrachent à prix d’or, lui dit le marchand. Je vous le laisse à 2.000 euros. – Mais…j’ai retrouvé ça au grenier. C’est mon père qui avait dû l’acheter et je voulais vous le vendre.
– Ah ! Fait le marchand, d’un air dégoûté. Il n’y a pas de demande, pour ce genre de vieillerie. Je vous en donne 15 euros.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.