Le mari tyrannisé et martyrisé


Un pauvre mari était martyrisé par sa tyrannique épouse et sa mon moins autoritaire belle-mère.

Quand il mourut et qu’on ouvrit son testament, le notaire en commença la lecture par ces mots :
« Ceci est ma première volonté… »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.