Le deuil du vagin

Cela fait bientôt quatre ans que Germaine a perdu son mari, et encore maintenant, elle déprime ; elle porte le deuil et elle pleure comme si il était mort hier. Pourtant sa fille l’appelle souvent au téléphone et lui conseille de se changer les idées, de revoir du monde, etc.

Un beau jour quand même, Germaine se décide à sortir, mais problème, elle connaît très peu de monde. Sa fille saute sur l’occasion et lui dit tout de suite :
– Maman, je connais quelqu’un que tu dois à tout prix rencontrer. Il est parfait.

Alors rendez-vous est pris entre Germaine et le monsieur. Et coup de chance, les deux se plaisent et décident de se revoir. Au bout de six semaines de sorties ensemble, ils décident de partir en week-end à deux à la mer…

Lorsqu’ils se retrouvent tous les deux dans la chambre de l’hôtel, Germaine se déshabille et se retrouve toute nue, sauf qu’elle garde une petite culotte de dentelle noire. Elle dit alors à son amoureux :
– Tu peux me caresser les seins et tout mon corps, mais sache qu’ici bas (pointant son pubis) je suis toujours en deuil.

Et naturellement, pour le prétendant, cette phrase fait l’effet d’une douche froide.

La nuit suivante, c’est le même scénario. Germaine se retrouve en petite culotte de deuil devant son amoureux qui lui est en tenue d’Adam… avec une érection du tonnerre de Zeus, laquelle est couverte par un préservatif noir !

Germaine le regarde alors, étonnée, et demande :
– Dis-moi, qu’est-ce que c’est que ça ? Un préservatif noir ?!

Le gars :
– Ben oui, je viens présenter mes condoléances…

2 réflexions sur “Le deuil du vagin”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.