Le bon âge pour les magazines pornographiques

Le commissaire de police, venu acheter un quotidien à la librairie-tabac-journaux de son quartier, fronce les sourcils en voyant un gamin d’une huitaine d’années emporter un magazine danois particulièrement gratiné. – Vous n’avez pas honte, dit le policier à la commerçante, de vendre à cet enfant des revues pornographiques ?
– Mais, proteste-t-elle, c’est pour son bien.
– Comment cela ?
– Vous pensez bien que les galipettes de ce genre-là, à son âge, ça ne l’intéresse pas. Par contre, elles lui évitent, chaque semaine, une bonne correction, depuis qu’il a trouvé l’astuce de glisser un de ces magazines dans son bulletin de notes, au moment de le faire signer par son père.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.