La violence paysanne


Un médecin reçoit la visite d’un paysan qui lui dit :
– Il faudrait que vous passiez à la ferme. J’ai cassé le bras de mon gendre d’un coup de fusil.
– Et pourquoi donc blesser ainsi votre gendre?
– Eh bien, fait le paysan, il faut que je vous explique que jusqu’à ce que je lui aie eu cassé le bras d’un coup de fusil, il n’était pas du tout décidé à devenir mon gendre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.