La pitié de l’empoisonneuse

Le président du tribunal interroge l’accusée :
– Pendant que votre mari buvait innocemment le café dans lequel vous aviez versé le poison mortel, n’avez-vous pas ressenti la moindre pitié à son égard ?
– Si, monsieur le Président, il y a eu un moment où j’ai éprouvé ça, lorsqu’il m’en a demandé une autre tasse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.