La mort du mari de la Germaine

Le Père Dupanloup venait de libérer ses ouailles à la fin de la messe ce dimanche, lorsque la Germaine vint le retrouver en pleurant…
– Allons allons la Germaine, qu’est-ce qui ne va pas ?
– Oh m’sieur l’curé, c’est terrible ! – Eh bien quoi ?
– Mon mari… Il est mort la nuit dernière !
– Pas possible ?! Et je n’ai pas pu lui donner l’extrême onction. N’a-t-il pas eu le temps de prononcer une dernière parole, un dernier souhait peut-être ?
– Si m’sieur l’curé, il a dit : « Germaine, arrête tes conneries maintenant et donne moi ce fusil ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.