La maladie du gendre

– Docteur, supplie une femme, angoissée, ne me cachez rien. C’est grave, ce qu’a mon gendre ? – Eh bien, madame, il souffre d’un cas d’inertie volontaire accentuée.
– Mon Dieu, s’écrie la dame. Et dire que je n’arrêtais pas de le traiter de paresseux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.