La fortune du chirurgien savoyard

Dans une petite ville de Savoie, un chirurgien, spécialiste des bras et des jambes cassés, raconte :
– Ma fortune, je la dois au fait que, dès le premier jour, j’ai pris deux associés.
– Deux autres chirurgiens ?
– Non. Pour l’hiver, un moniteur de ski et, pour l’été, un représentant en cire pour parquets.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.