L’horreur des mines anti-personnelles

C’est un jeune engagé volontaire, un jeune « qui n’en veut ». Il vient d’obtenir son départ pour la Bosnie dans la Force Internationale pour le maintien de la paix.

Comme les autres candidats au départ, il se fait briefer par le capitaine, en particulier, on leur explique bien le risque qu’ils encourent avec les mines…

Après son exposé, le capitaine demande si il y a des question. Alors le jeune caporal « qui n’en veut » lève la main :
– Mon Capitaine, si par mégarde on pose le pied sur une mine, qu’est-ce que l’on doit faire ?

Le capitaine, tout à fait sérieux :
– La procédure normale, caporal, est de sauter à 10 mètres dans les airs et de s’éparpiller sur un rayon d’autant de mètres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.