L’allongement du raccourci

Les perles : la justice

Sous la Révolution, on avait arrêté un jeune journaliste de dix-sept ans, Alphonse Martainville. D’un naturel plutôt insouciant, il se présente, le 15 ventôse an II, devant le tribunal.
– Approche, Alphonse de Martainville, l’apostrophe le président.

Surpris de se voir tout à coup anobli par la particule, le prévenu réplique :
– Mais citoyen ! Je suis venu ici pour être raccourci, et non pour être rallongé !

Dans la foule, quelqu’un cria :
– Alors, qu’on l’élargisse !

Sa réponse amusa le public autant que ses juges. Martainville fut acquitté.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.