Jugement gabonais

Les perles : la justice

Maître Maurice Garçon s’en alla un jour plaider au Gabon pour un M. Bikye, accusé d’homicide par imprudence à l’encontre d’un M. Akoué. Il en ramena cette merveille d’argumentation :

« Attendu que M. Bikye s’est rendu à la chasse vers 16 heures, qu’il entendit des cris de singes, qu’il se posta dans la grande forêt, qu’il vit venir à lui un chimpanzé, que celui-ci s’approchant de plus en plus en hurlant, M. Bikye se vit dans l’obligation de le charger à la tête d’un coup de feu, que le chimpanzé tomba et fit plutôt entendre un cri d’homme, qu’il s’affaissa et mourut sans rien dire, qu’alertés les villageois vinrent, reconnurent et transportèrent le corps de M. Akoué…

Attendu qu’il est de notoriété publique au Gabon que les hommes se changent soit en panthère, soit en gorille, soit en éléphant…

Attendu que le tribunal a l’entière conviction que M. Akoué s’est transformé en chimpanzé en forêt et que M. Bikye, notable, ancien combattant largement décoré, ne pouvait pas tirer en plein jour sur un homme contre lequel il n’avait aucun antécédent défavorable…

Déclare M. Bikye non coupable. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.