Le manuscrit en retour


Un éditeur retourne un manuscrit qui lui a été soumis en précisant à son auteur : « Etant donné que vous employez un mot pour un autre sans avoir la moindre idée de ce qu’ils signifient, je ne vous dirai pas que votre roman est exécrable et nullissime : vous risqueriez de prendre cela pour un compliment. Peut-être me ferai-je mieux comprendre avec un langage mieux adapté au vocabulaire restreint dont vous disposez : BEURK ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.