Tué par une fausse note

Une femme ouvre la porte à deux policiers :
– Vous ne pouviez pas ouvrir plus tôt ?
– Je ne pouvais pas entendre, je jouais du piano, mais que se passe-t-il ?
– On vient de nous téléphoner que chez vous, on est en train d’assassiner un nommé Chopin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.