La discothèque ne répond plus

Les perles : la police

Une mère de famille demande qu’une patrouille passe voir immédiatement ses deux fils, âgés de vingt et un et vingt-deux ans, gérants de discothèque, afin de leur faire la morale. Motif : ils ont oublié de brancher le téléphone, une fois de plus ! Ah les vilains chenapans !

La philosophie de la maternité

Une mère de famille nombreuse explique à une jeune maman :
– On devient philosophe avec les années. Pour mon premier-né, dès qu’il éternuait deux fois de suite, j’appelais le pédiatre ! Quinze ans après, quand mon dixième enfant a avalé une pièce de deux euros, vous savez ce que je lui ai dit ? « Tant pis pour toi… c’est autant de moins que tu auras dans la tirelire ! »

Comme une affaire de famille

C’est l’histoire d’un gars facilement influençable, qui à chaque fois qu’il croise un pote après le boulot ne peut s’empêcher de le suivre au café et ça se termine invariablement par un retour à la maison à moitié bourré sur le coup des 2 heures du mat, avec l’engueulade de bobonne en prime.

Un beau soir, il rencontre à nouveau un pote et les retrouvailles se terminent à 3 h du matin cette fois ! Un peu inquiet, le gars fait à son pote : « Purée cette fois ça passera pas !! Elle va me tuer !!! »

Son pote lui dit : « Mais tu sais pas y faire toi ! Moi je rentre sans faire de bruit pendant qu’elle dort, j’arrive dans le paddock en lui caressant les pieds et je remonte… Après ça j’lui fais le grand jeu ! »

Notre gars pense : « Engueulade pour engueulade, tant pis, je vais essayer. »

Alors il rentre chez lui sans faire de bruit, va dans son lit… il touche les pieds de sa femme dans le noir, il sent qu’elle réagit et il lui fait l’amour comme jamais il ne le lui avait fait !

La chose terminée, il va dans sa salle de bains faire un brin de toilette. À sa grande surprise il y trouve sa femme qui lui dit : « Chuuuuuuuut !!! Ne fais pas de bruit… Ta mère est malade, je l’ai couchée dans notre lit… »

La préférence de l’enfant unique

« Il n’a jamais été le fils préféré de sa mère, et pourtant il était fils unique. »

Thomas Berger

Y’a un âge pour être mère

Alors c’est l’histoire de cette femme de 75 ans qui justement vient d’accoucher par césarienne.

Tous les parents et amis viennent lui rendre visite, plus pour rencontrer ce phénomène de foire que par courtoisie. Et donc tout le monde demande à voir le bébé…. Mais la vieille maman leur répond à chaque fois : « Pas encore ! »

Un peu plus tard, des nouveaux arrivants se présentent et demandent eux aussi à voir le bébé, mais la mamie est intraitable : « Pas encore ! »

Alors comme certains visiteurs doivent partir, ils pressent la maman de leur montrer le bébé en lui demandant :
– Mais pourquoi nous réponds-tu toujours « pas encore » ? Quand donc va-t-on pouvoir voir le petit bout’d’chou ?

Alors la mamie maman répond :
– Il faut attendre qu’il pleure !
– Et pourquoi attendre qu’il pleure ? On peut très bien aller le voir sans le réveiller si il dort !
– C’est pas ça… c’est parce que j’ai oublié où je l’ai mis…