blague phrases

La blague des grandes phrases américaines

blague nationalités, blague américains, blague histoire, blague Bill Clinton, blague Martin Luther King, blague phrases, humour drôle

Ça se passe dans une école américaine. C’est la fin de l’année scolaire, le programme est fini, les enfants s’ennuient et tout le monde rêve de se casser avant la fin des cours. La maîtresse dit donc :
– Je vais vous poser des questions sur l’histoire de votre pays, et celui qui sait répondre peut s’en aller.

Un gamin affirme alors être intelligent et cultivé, et dit qu’il va répondre. La maîtresse pose alors sa première question :
– Qui a-dit « I have a dream » ?

Mais avant que le gamin n’ait pu répondre, une fillette s’exclame :
– C’est Martin Luther King !

La maîtresse dit donc :
– C’est bien, Lucy, tu peux partir.

Le gamin est bien énervé. La maîtresse pose alors sa seconde question :

– Qui a dit « I’ll be back » ?

Mais avant que le gosse ait pu répondre, une autre fillette répond :
– C’est Mc Arthur !

Le gamin est très en colère, puisque la maîtresse dit :
– C’est bien, Felicity, tu peux partir.

La maîtresse pose alors une dernière question:
– Qui a dit « Ich bin ein Berliner » ?

Avant que le gamin n’ait pu répondre, une troisième fille répond :
– C’est JF Kennedy !
– C’est bien, Alice, tu peux partir.

Le gamin est ivre de colère. Alors que la maîtresse se retourne, il dit alors :
– J’espère que toutes ces salopes vont fermer leurs gueules, maintenant.

La maîtresse offusquée se retourne et dit :
– Qui a dit ça ?

Le gamin répond alors :
– C’est Bill Clinton, m’dame. Je peux partir, maintenant ?

Publicité

Les choses à ne pas dire pendant l’amour

humour, blague sexe, blague sexualité, blague amour, blague faire l'amour, blague interdits, blague paroles, blague langage, blague phrases, humour sexuel

« Dis… Le plafond aurait besoin d’un bon coup de peinture ! Qu’en penses-tu ? »

« Chéri… Je rentre à la maison » en voix off.

« Oh mon Dieu ! Qu’est-ce qui pend de ton nez… »

« Comment tu as dit que tu t’appelais ? »

« Chéri… à quoi tu penses ? »

« Je suis plus légère, peut-être je devrais être au dessus ?… »

« Mon Dieu ! Je crois que j’ai entendu mon mari ! »

« Je crois que la croûte que j’avais vient de s’arracher »

Ne rien dire, mais allumer une cigarette pendant que le mec besogne…

« Tu as pensé à remonter le réveil, sortir le chien, la poubelle ? »

« Bon maintenant c’est 200 frs en plus ! »

« C’est fini ? »

« Ha, ha, ha. »

« Non pas là ! espèce de pervers ! »

« Tu as déjà fini ?!!! »

« Mais vous n’êtes pas mon mari ?! »

« Tu commences quand tu veux… »

« Ce n’est pas contagieux tu sais. »

« Comment se fait-il que chacun de nous ait un pénis ? »

« Ah Sophie ! Euh… Germaine… »

« Ça y est, il est dedans ? »

« Mais évidement tu es la seule que j’aime ! Pourquoi vous les femmes posez toujours les mêmes questions ? »

« Mais tout le monde a l’air drôle quand il est tout nu ! »

« C’est pour ça que tu m’as réveillée ? »

« Ah, tiens, je t’ai dit pour la caméra vidéo ? »

« Tu ne trouves pas que ça sent le brûlé ? »

« Essaie de respirer par le nez. »

« Chéri, tu as fermé la porte du jardin ? »

Lui : « c’est ta première fois, non ? »
Elle : « ben, oui, pour aujourd’hui »

(dans un motel) « Dépêche ! c’est loué à l’heure ! »

« Tu peux me passer la télécommande ? »

« Vous prenez la carte bleue ? »

« ZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZ »

« Finalement, je crois que je préfère éteindre la lumière. »

« Quand je pense que c’était ta copine que je voulais draguer ! »

« Quel tampon ? »

« Désolé, c’est la crème fouettée qui me fait péter. »

« J’espère que tu seras aussi jolie quand j’aurai dessoûlé… »

(une banane dans la main) « C’est juste un truc que j’ai appris au zoo ! »

« T’es abonné au câble ? »

« Essaie de ne pas abîmer mon maquillage, hein ! »

« T’as de la pénicilline ? »

« Mais je viens de me laver les dents… »

« Souris, c’est la caméra invisible ! »

« Je croyais que c’était toi qui avais les clés des menottes ! »

« Je veux un bébé ! »

« On m’y reprendra, tiens, à réaliser les fantasmes sexuels ! »

(dans un ménage à trois) « Pourquoi c’est moi qui fait tout le boulot ? »

« Il faudrait peut-être qu’on appelle Mireille Dumas… »

« Je crois que tu l’as mis à l’envers. »

« C’est à quel moment que c’est censé être agréable ? »

« Remets ce mixeur dans la cuisine ! »

« Tu fais ça tellement bien ! Tu pourrais même en faire ton métier ! »

« C’est du sang, là, sur le traversin ? »

« Est-ce que j’ai pensé à ma pilule ? »

« Tu es sûre qu’on ne s’est pas vu quelque part ? »

« J’espère que cette fuite vient du waterbed ! »

« Je t’avais bien dit que ça ne marchait pas sans les piles. »

« Mais mon chat dort toujours sur cet oreiller-là. »

« Je t’ai déjà dit que ma tante Marthe est morte dans ce lit ? »

« Si tu arrêtes de fumer, tu seras peut-être un peu plus endurant… »

« Non, vraiment… Cette partie-là, je la fais mieux moi-même. »

« C’est chouette d’être au lit avec une femme que je n’ai pas gonflée moi-même ! »

« Ce serait plus marrant si on était plus nombreux… »

« Tu es presque aussi bien que mon ex ! »

« C’est toi, cette odeur, ou c’est ton matelas qui est bourré de patates pourries ? »

« T’as l’air jeune, comme ça, mais au toucher… »

« T’en fais pas, c’est juste un manque de pratique. »

« Maintenant je sais pourquoi il/elle t’a largué… »

« Dis, ton mari possède-t-il un fusil à canon scié ? »

« D’où je conclus que cette histoire de préliminaires est très surfaite. »

« Eteins la lumière… C’est mieux dans le noir. »

« Tu peux te dépêcher ? j’ai une réunion… »

« Je t’ai parlé de mon herpès ? »

« Elle vient de toi cette odeur ? »

« Mais tu viens à peine de commencer !!! »

« T’as pas besoin d’éteindre la lumière ! De tout façon je ferme les yeux ! »

« La taille n’a aucune importance ! Du moment qu’elle soit grande ! »

« On dort ? À moins que tu veuille essayer une dernière fois ? »

« Souris à la caméra chéri ! »

« Pousse-toi, je vais me le faire moi-même. »

« Au fait, chérie, qu’est-ce qu’on mange ? »

« Tiens, j’entends du bruit, ça doit être ma femme… »

AU REVEIL :

« Combien de fois t’as essayé hier soir ? »

« Cette nuit il y avait de l’orage ? Ou c’est toi qui a pas arrêter de péter ? »

DANS LA SALLE DE BAIN :

« T’as remarqué comme mes cheveux sont remplis de… pellicules ! »

« C’est toi qui a laissé le savon remplis de poils de cul ? »

DANS LA CUISINE :

« Tu peux arrêter de manger du choux ? Parce qu’après c’est moi qui supporte ! »

« T’as une dent pourrie ? Ou t’as mangé de l’ail ? »